17/05/2006

L'amour, quand un homme ne sait pas le donner... (à toutes ces femmes dont la matrice est fourbue)

Ô puissances de la nuit,

Je vous convoque ce soir,

car se traîne mon ennui,

à la minuit plus d'espoir !

Voyez vous je suis contrite.

Desespoir, Nom d'une prurite !

Fatalité bien écrite,

Me voilà si déconfite.

Mon lit est vide au soir, et mon luth étoilé,

Ne chante plus désormais. Le docteur : envolé !

Mon désir d'un enfant moi qui ce soir ovule,

Est bien seul sans amant, et la vieille chouette hullule.

Comment sans la passion, concevoir un seul être,

Un être qui me change et l' bonheur ferait poindre,

Dont j'envie la tendresse, ah je n'suis pas grand prêtre,

Qui pourrait me bénir et son front pourrait oindre ?

Mais chut j'invoque ce soir,

Comme l'antique sorcière,

Un des démons les plus noirs,

Pour que je devienne mère.

Ah ! Triste ressorts du temps,

Toi qui a conçu les femmes,

Un jour il leur faut l'enfant,

Et on ouït du cerf le brâme.

Je suis déjà bien vieille, excusez mes amis

Mais dans mon doux sein chaud, j'aimerais une saillie

Pour que naiss' dans mon antre, le fruit d'une passion,

Ecoutez la plainte ! La femme en perdition.

Ma résolution prise, il me faut une clinique,

Pour que la vie je sente dans mon ventre bien chaud

Venez obstétriciens, vous et tout' votre clique !

Eprouvettes et seringues, il me le faut in-vitro.

00:52 Écrit par Perle d'amour | Lien permanent | Commentaires (26) |  Facebook |

10/05/2006

Ode au bonheur (en hommage à tout ceux pour qui la vie n'est pas toujours rose)

 

                          Mince ! Me dis-je accourant vite à la cuisine,

                          A rêvasser sur la terrasse avec ma chatte Câline,

                          Rousse comme les blés, tendre et coquine,

                          Insatiable de coquetterie féline,

                          En aurais-tu oublié, Perlette, ce risotto qui cuit, gredine…

                          C’est que le doux soleil qui luit cet après-midi
                          Hâle ma peau et la teint d’une couleur jolie.
                          Remiser son amour, réfréner ses soucis,
                          Ignorer pour un temps les caprices de la vie,
                          Sentir le bonheur quand il nous titille,
                          Tendre les bras vers lui, le boire jusqu’à la lie.
                          Invite-moi, Bonheur, à la fête de ceux qui,

                          Noyés de désespoir et baignant dans l’ennui,
                          Expulsent leurs problèmes et à nouveau sourient !

18:56 Écrit par Perle d'amour | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |

09/05/2006

Insomnie (à ce scélérat qui ma dédicace ne mérite pas)

 

Aujourd’hui

Est un jour maudit

Un jour où votre Perlette

N’a plus toute sa tête

 

Les pensées noires

Qui viennent le soir

Encapuchonnées comme la mort

Me font beaucoup de tort

 

Alors je fais le vide en moi,

J’essaie de calmer mon émoi,

Me remboulotte dans la couette,

En espérant que la nuit sera chouette.

 

Mais toujours inlassablement

La vue de son visage me reprend

Et je maudis cette grippe qui m’a menée jusqu’à toi

Mon beau Vunouille pour l’amour de qui me voilà dans de beaux draps.

 

Aujourd’hui, je veux à jamais te tenir loin de mon village

Et sans toi, dans le repos de l’âme et du cœur, voir passer les âges

Toi qui, en plus de ne pas remarquer mes doux élans de passion

A maltraité ma sœur, de la plus horrible des façons.

 

En enfer tu pourriras,

Et tu n’es plus pour moi qu’un vil scélérat,

Mais je t’aime et le sort est bien ingrat,

De donner à mon cœur des coups que je ne mérite pas.

 

Sainte-Rita, patronne des causes désespérées,

Sur la toile je t’implore, belle immaculée,

D’une âme en peine viens à la rescousse,

Et de mon cœur qui brûle calme les secousses.

 

Saint-Antoine, patron des éleveurs de porcs et des charcutiers,

Des marins, des naufragés et des prisonniers,

Libère mon âme de cette fripouille

Qui n’aurait jamais dû mettre un pied à La Trimouille.

 

Et puisque tu es aussi,

Comme souvent on le dit,

Le patron des objets perdus,

Retrouve-moi, je t’en prie, le sourire que je n’ai plus…

 

Pour retrouver ma sérénité,

Je ne sais plus à quel saint me vouer,

Et si sur mon cœur tombe la pluie qui déroute

C’est que seul Saint Médard le faiseur de pluie m’écoute.

 

Mais comme toujours quand ça va mal,

Que Perle d’amour se jetterait bien dans le canal,

Une force commune à tous les humains

Me donne du ressort pour me pousser vers demain.

 

Alors, lecteurs et amis

Du fond de mon repli,

Sache que si ça ne va pas aujourd’hui,

L’avenir est beau, et pour tous, il sourit.

18:26 Écrit par Perle d'amour | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |

03/05/2006

Tourmente (à l'amour qui un jour m'enlèvera)

Ecoutez mes amis je dois vous dire aujourd'hui
Par quel effet du destin j'en suis restée si marrie
Après la déception succède l'ennui
Vunouille s'en est allé, et ma soeur avec lui.
--------------------
Cette soirée avait pourtant si bien commencé
J'avais mis sur ma peau ma belle robe échancrée
Mais ce fieffé docteur ne m'a pas remarquée
Et c'est sur ma soeur qu'il s'est retourné
--------------------
Comment lui en vouloir, à elle, si innocente,
Qui a tant de doigté pour faire les permanentes,
Et qui m'avait coiffée, juste avant la tourmente,
Ô cruelle destinée, sois donc plus clémente !
--------------------
Même mon poulet basquaise, il ne l'a pas loué,
Même ma prude main, il ne l'a pas frôlée,
Même pas un regard pour mon beau cou orné
Où va doncque l'amour s'il n'est pas remarqué ?
--------------------
Ce peut-il que demain si jamais d'aventure,
Entr' ma soeur et Vunouille, une longue idylle dure,
Il devienne mon frère par une alliance pure,
Et qu'entre ses belles mains il remette sa chev'lure ?
--------------------
Ouuuh, mais je vais vite en besogne
Je n'vais pas sacrifier à cet amour gigogne
Cette sororité. "Dehors, vieille charogne,
Pensée obscure, qui dans ma tête cogne !"
--------------------
Ressaisis-toi Perle d'Amour, car maintenant plus que jamais
C'est l'amour qui t'anime et qui te conduira vers la paix
Et je bénis déjà dans mon coeur, de tristesses amères replet,
Celui qui m'aimera comme on aime le muguet du premier mai.

16:17 Écrit par Perle d'amour | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |