15/03/2006

Puit du chagrin

 

Dans un beau tombeau noir et d'agate,
j'ai mis là en vrac, tout disparate,
ce que me disait mon coeur de toi,
quand j'étais encore dans tes gros bras.

 

Oui car tu es déménageur;
Dans tes bras je n'avais plus peur,
Ni du loup, ni du noir puit du jardin,
Je me sentais comme un petite fleur de jasmin.

 

Mais ah ! Tu as dit bye bye,
et c'est avec Simone que tu t'encanailles,
Moi je reste comme une vieille femme de marin,
seule sur ma bite, l'amarrage est lointain.

 

Desormais seule je pleure noir comme suie,
et à moi seule je remplis tout le puit,
où certainement je me jetterais,
quand d'espoir plus je n'aurai.

 

Adieu tristesse, adieu goulot,
Je ne boirais plus de mauvais bordeaux,
Désormais je retourne toute sèche
à la terre, froide et revêche.

23:12 Écrit par Perle d'amour | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

bonjour super ta photo et ton texte...

Écrit par : coeurdenfant | 16/03/2006

Bonjour ... Le bonheur est à la portée de tous, il s'agit parfois de l’attraper…
Merci de ta visite et de ton petit mot
Je te souhaite une merveilleuse journée

Écrit par : Chadou | 16/03/2006

Clin d'oeil... Merci Perle d'amour,pourrais tu m'indiquer ce lieu où est posté ton nain de jardin?
Participant prochainement à une compétition de ball-trap, je suis à cours de lieu d'entrainement! lol....
Ceci dit ta poésie est toujours aussi remarquable, et j'espère pouvoir te lire longtemps.

Bisousssssssssssss

Écrit par : Mélusine | 16/03/2006

et ce n'est que le début il n'y a pas longtemps que j'ai découvert ton blog, mais déjà j'y reviens tant il m'a plu.
Et si les textes restent aussi beaux, je reviendrai très souvent.
Donc, à bientôt

Écrit par : Vincent | 16/03/2006

Les commentaires sont fermés.